Category Archives: baloney

Hulot’s high-sounding bilge

In the French legacy media, Dalrymple comes across an item titled Les 100 principes de Nicolas Hulot pour un nouveau monde by a man who was until recently ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire. (‘By their job titles shall ye know them,’ the doctor-writer remarks.)

Dalrymple notes

the banality of mind, or the cynicism, of a person who could have written and published such a manifesto,

and the lack of judgment of the Paris newspaper the Monde in publishing it.

Each principle is

a cliché, a truism, or a banal falsehood, expressed with a self-satisfaction that would have made Mr Pecksniff seem like a self-doubter.

Seth Pecksniff: ‘Let us be moral. Let us contemplate existence.’

The principles take up almost two pages under the rubric of Ideas, but

they are to ideas what stale cheese sandwiches are to haute cuisine.

Dalrymple feels pity, but also experiences nausea:

  • pity because if the thoughts corresponded to anything running through their author’s mind more than fleetingly, it must be agonising to be him;
  • nausea because of the saccharine nature of most of the sentiments expressed, which make those of Hallmark cards seem acerbic.

And hiding in the great mound of baloney are

quite nasty sentiments that would, if taken seriously, lead to a totalitarian society. Inside every sentimentalist is a despot trying to get out. Hulot’s principles illustrate the proximity of sentimentality to the potential of great brutality: for it would probably require a civil war for some of his principles to be put into practice.

Here are the principles:

Le temps est venu, ensemble, de poser les premières pierres d’un nouveau monde.

Le temps est venu de transcender la peur en espoir.

Le temps est venu pour une nouvelle façon de penser.

Le temps est venu de la lucidité.

Le temps est venu de dresser un horizon commun.

Le temps est venu de ne plus sacrifier le futur au présent.

Le temps est venu de résister à la fatalité.

Le temps est venu de ne plus laisser l’avenir décider à notre place.

Le temps est venu de ne plus se mentir.

Le temps est venu de réanimer notre humanité.

Le temps est venu de la résilience.

hangeLe temps est venu de prendre soin et de réparer la planète.

Le temps est venu de traiter les racines des crises.

Le temps est venu d’appréhender l’ensemble des crises écologiques, climatiques, sociales, économiques et sanitaires comme une seule et même crise: une crise de l’excès.

Le temps est venu d’entendre la jeunesse et d’apprendre des anciens.

Le temps est venu d’entendre la jeunesse et d’apprendre des anciens.

Le temps est venu de créer du lien.

Le temps est venu de miser sur l’entraide.

Le temps est venu d’applaudir la vie.

Le temps est venu d’honorer la beauté du monde.

Le temps est venu de se rappeler que la vie ne tient qu’à un fil. 

Le temps est venu de nous réconcilier avec la nature.

Le temps est venu de respecter la diversité et l’intégrité du vivant.

Le temps est venu de laisser de l’espace au monde sauvage.

Le temps est venu de traiter les animaux en respectant leurs intérêts propres.

Le temps est venu de reconnaître l’humanité plurielle.

Le temps est venu de lier notre je au nous.

Le temps est venu d’écouter les peuples premiers.

Le temps est venu de cultiver la différence.

Le temps est venu d’acter notre communauté de destin avec la famille humaine et tous les êtres vivants. 

Le temps est venu de reconnaître notre vulnérabilité.

Le temps et venu d’apprendre de nos erreurs.

Le temps est venu de l’inventaire de nos faiblesses et de nos vertus. 

Le temps est venu de nous concilier avec les limites planétaires.

Le temps est venu de changer de paradigme. 

Le temps est venu d’opérer la mue d’un système périmé.

Le temps est venu de redéfinir les fins et les moyens.

Le temps est venu de redonner du sens au progrès.

Le temps est venu de l’indulgence et de l’exigence. 

Le temps est venu de s’émanciper des dogmes.

Le temps est venu de l’intelligence collective. 

Le temps est venu d’une mondialisation qui partage, qui coopère et qui donne aux plus faibles.

Le temps est venu de préférer le juste échange au libre-échange.

Le temps est venu de préférer le juste échange au libre-échange.

Le temps est venu de globaliser ce qui est vertueux et de dé globaliser ce qui est néfaste.

Le temps est venu de définir, préserver et protéger les biens communs. 

Le temps est venu de la solidarité universelle.

Le temps est venu de la transparence et de la responsabilité.

Le temps est venu d‘une économie qui préserve et redistribue à chacun.

Le temps est venu de mettre un terme à la dérégulation à la spéculation et à l’évasion fiscale.

Le temps est venu d’effacer la dette des pays pauvres.

Le temps est venu de s’émanciper des politiques partisanes. 

Le temps est venu de s’extraire des idéologies stériles.

Le temps est venu des démocraties inclusives.

Le temps est venu de s’inspirer des citoyens.

Le temps est venu d’appliquer le principe de précaution.

Le temps est venu de graver dans le droit les principes d’une politique écologique, sociale et civilisationnelle. 

Le temps est venu de faire mentir le déterminisme social.

Le temps est venu de combler les inégalités de destin.

Le temps est venu de l’égalité absolue entre les femmes et les hommes.

Le temps est venu de tendre la main aux humbles et aux invisibles.

Le temps est venu d’exprimer plus qu’une juste gratitude à celles et ceux, souvent étrangers, qui dans nos pays hier et aujourd’hui exécutent des tâches ingrates. 

Le temps est venu de valoriser prioritairement les métiers qui permettent la vie.

Le temps est venu du travail qui épanouit.

Le temps est venu de l’avènement de l’économie sociale et solidaire.

Le temps est venu de l’avènement de l’économie sociale et solidaire.

Le temps est venu d’exonérer les services publics de la loi du rendement.

Le temps est venu de relocaliser des pans entiers de l’économie.

Le temps est venu de la cohérence et de réorienter nos activités et nos investissements vers l’utile et non le nuisible.

Le temps est venu d’éduquer nos enfants à l’être, au civisme, au vivre ensemble et de leur apprendre à habiter la terre.

Le temps est venu de nous fixer des limites dans ce qui blesse et aucune dans ce qui soigne.

Le temps est venu de la sobriété.

Le temps est venu d’apprendre à vivre plus simplement.

Le temps est venu de nous réapproprier le bonheur.

Le temps est venu de nous libérer de nos addictions consuméristes.

Le temps est venu de ralentir.

Le temps est venu de voyager près de chez nous.

Le temps est venu de nous défaire de nos conditionnements mentaux individuels et collectifs.

Le temps est venu de nous fixer des limites dans ce qui blesse et aucune dans ce qui soigne.

Le temps est venu de faire naître des désirs simples.

Le temps est venu de distinguer l’essentiel du superflu. 

Le temps est venu d’arbitrer dans les possibles.

Le temps est venu de renoncer à ce qui compromet l’avenir. 

Le temps est venu de la créativité et de l’impact positif.

Le temps est venu de lier notre je au nous.

Le temps est venu de croire en l’autre.

Le temps est venu de revisiter nos préjugés. 

Le temps est venu du discernement.

Le temps est devenu d’admettre la complexité.

Le temps est venu de synchroniser science et conscience.

Le temps est venu de l’unité.

Le temps est venu de l’humilité.

Le temps est venu de la bienveillance.

Le temps est venu de traiter les animaux en respectant leurs intérêts propres.

Le temps est venu de l’empathie.

Le temps est venu de la dignité pour tous.

Le temps est venu de déclarer que le racisme est la pire des pollutions mentales. 

Le temps est venu de la modestie et de l’audace.

Le temps est venu de combler le vide entre nos mots et nos actes et d’agir en grand.

Le temps est venu où chacun doit faire sa part et être l’artisan du monde de demain.

Le temps est venu de l’engagement. 

Le temps est venu de croire qu’un autre monde est possible.

Le temps est venu d’un élan effréné pour ouvrir de nouvelles voies.

Le temps est venu sur cette matrice de choisir, encourager et accompagner nos dirigeants ou représentants.

Le temps est venu pour chacun de faire vivre ce manifeste.

Le temps est venu de créer un lobby des consciences.

 

Dalrymple bashes bank bunkum

Screen Shot 2016-04-24 at 12.10.24

Unctuous cant

An advertisement for a big bank pretends that it is

working for the creation of a more equal world.

This

cannot possibly be the case and is, in effect, a lie. At least, one hopes it is a lie, for that is the most charitable interpretation of the slogan.

It is obvious, writes Dalrymple, that

the aim of a commercial bank cannot be a more equal world, if only because it has financial obligations to its shareholders that it does not have to the rest of humanity.

Screen Shot 2016-04-24 at 12.19.56

Bank poppycock

The bank’s shareholders

have not invested to provide everyone in the world with paid dividends; and while they might hope that the bank’s activities are honest and contribute to the growth of the economy, this is not at all the same thing as equalising the world.

A world in which everyone were starving

might be a more equal world, indeed a perfectly equal one. Equality of misery is equality all right, but is not therefore either a just or desirable goal that the bank might pride itself on having brought about.

Screen Shot 2016-04-24 at 12.15.59

Bank balderdash

What the bank really meant — if it meant anything at all — was that

it was working towards a richer, more prosperous world. But working for wealth does not have the same moral cachet as working for equality.

In short,

the bank was indulging in humbug; unctuously proclaiming ideals that it cannot, will never and ought not to have.

Humbug, Dalrymple points out, is

an insidious pollutant of the mind, which not only distorts but perverts. It clears the primrose path to earthly damnation.

Screen Shot 2016-04-24 at 12.19.20

Bank baloney

Clinical governance

Dalrymple remembers a remark by a Bristol professor, that this term

is untranslatable into any other language, including English.

Screen Shot 2016-04-02 at 13.51.23